C’est un secret que je garde pour moi depuis des années, sur ce que ma belle-mère Teresa a fait un matin d’été. Maintenant, je pense qu’il est temps que je m’intéresse à cette histoire étrange et effrayante, le récit de “Ta mère, ta mère !

Quelques mois après l’incident de “La torture de Teresa” [qui sera dans une autre histoire] quand j’avais 18 ans, c’est arrivé. Tout d’abord, j’ai entendu des jeunes de 18 ou 19 ans du quartier parler de maman et de son film porno secret ! De toute évidence, le film avait été diffusé à certains voyous locaux, après que maman l’ait fait avec les gangsters, se prostituant pour nous sauver. Les adolescents les connaissaient manifestement. C’est comme ça qu’ils l’ont vu, et qu’ils ont reconnu MA MÈRE, cette femme au foyer de la classe moyenne, apparemment simple et correcte, qu’ils connaissaient depuis longtemps !

Un jour, une copie d’une vidéo intitulée “La torture de Teresa” a été mise dans notre boîte aux lettres, adressée à MA MAMAN, avec une note lui indiquant qui l’avait vue. Elle disait que si elle voulait qu’ils gardent le silence à ce sujet et qu’ils ne le laissent pas se propager à des personnes comme les patrons et les collègues de papa, nos amis et le voisinage aussi, ils voulaient quelque chose d’elle en retour de leur silence ! À ce moment-là, je n’avais pas encore vu le film et maman me l’a pris avec la note avant que je puisse examiner la vidéo. La note venait d’un groupe de jeunes à la fin de l’adolescence qui traînaient dans le quartier en causant des problèmes, étant en grande partie au chômage mais tirant leurs revenus de la petite délinquance.

J’avais deviné que c’était une sorte de film sexuel qu’elle avait fait, même à l’époque, mais maman m’a dit de ne pas lui en parler et m’a poussé à garder le mot secret pour papa et tous les autres. Cependant, chaque fois qu’elle faisait des courses et que je venais l’aider, nous devions passer devant la tanière des jeunes, qui était une petite clairière dans un terrain vague légèrement boisé, au bord d’un vieux chemin de ronde désaffecté. J’avais déjà remarqué ces derniers mois que chaque fois que nous passions devant eux, maman entendait des sifflements de loup et des insinuations de leur part. Même les filles, qui étaient séduisantes mais effrontées et dures à cuire.

J’avais entendu dire que les filles étaient bisexuelles, et on les avait même vues faire des orgies de lesbiennes là-dedans. Je me mettais toujours en colère, je m’indignais des commentaires que les jeunes lui faisaient, et je m’en plaignais amèrement chez moi. Mais maman m’a interdit de répondre et m’a dit de me calmer, en disant que cela ne la dérangeait pas et qu’ils ne faisaient que nous appâter. J’ai accepté sans hésiter qu’il serait idiot de se montrer à la hauteur de la provocation.

Mais en secret, je savais que maman appréciait l’attention, et j’étais très jalouse, mais j’ai commencé à me branler secrètement la nuit à ce sujet. J’ai aussi remarqué qu’elle avait commencé à s’habiller de façon beaucoup plus sexy, voire tartille, et qu’elle se balançait davantage les hanches, tous les jours où elle risquait de passer devant le gang. Je la harcelais toujours de questions sur ce qui s’était passé, sur ce qu’ils avaient dit, etc., chaque fois qu’elle avait dû les croiser sur la voie sans moi. J’étais vraiment inquiet et harcelé, mais j’avais aussi une mystérieuse bosse dans mon pantalon lorsque je l’interrogeais de façon obsessionnelle !

Un jour, quand nous sommes passés devant, les jeunes jouaient avec une balle en plastique qu’ils se lançaient dans le Repaire alors que nous remontions le chemin. Trois des filles marchaient derrière nous, après être allées au magasin de cigarettes. Alors que nous passions devant le Repaire, un garçon nous a lancé la balle par erreur et maman l’a ramassée. Ils ont insisté pour que maman aille dans leur tanière pour la rendre.

Alors qu’elle y allait, les gars ont dit : “Hé Teresa, on peut te parler une minute ?”

J’ai attendu quelques secondes dehors, puis mon humeur a augmenté et j’ai commencé à m’énerver, mais lentement et avec inquiétude, en traînant pour qu’elle me suive. Je les entendais lui demander : “C’est toi, n’est-ce pas ? Tu es dans la torture de Teresa ?”

Les trois filles regardaient leur mère à travers les grilles en discutant avec leurs camarades, et je n’ai pas pu faire cinquante mètres avant que les filles n’éclatent soudainement de rire, qu’elles me poursuivent et m’appellent.

La plus petite fille a crié “Bobby !” Quand je me suis retourné, elle a dit : “Les gars demandent quelque chose à ta mère !”

La deuxième fille a aggravé la situation en ajoutant avec son accent vulgaire “Quelque chose de sale !”

La grande fille plus âgée, 21 ans peut-être, a mis fin à la provocation en me montrant du doigt et en criant : “TON MAMAN ! TON MUUUM, TON MMUUUUUUMMMM !” Sur l’air de “Cuck-oo ! Cuck-oo !”

Je suis revenu en courant, tout agité, et j’ai trouvé maman assise, souriante, sur un rondin parmi les cinq garçons.

Elle ricanait en voyant mon malaise, puis disait comme si tout cela n’était qu’une plaisanterie : “Bob, ces gentils garçons m’ont un peu pris au dépourvu ! Ils m’ont demandé de me déshabiller pour eux !”

Un des gars a poussé plus loin, toujours comme si c’était juste un rire, et a dit, “Hey Bobby, ta mère est cool ! On peut se taper ta mère ?”

Je rougissais de cette phrase, tellement surpris que je pouvais à peine parler. “Tu veux le faire ?” J’ai demandé à ma mère. Elle a souri et a dit : “Oui !”

J’ai bégayé, et j’ai murmuré : “Euh ; ok alors ! Non, ça ne me dérange pas !”

Les jeunes ont éclaté de rire. Maman m’a assuré que c’était un rire, qu’il ne se passerait rien, mais elle avait accepté une cigarette qu’on lui avait offerte et m’avait dit de rentrer chez moi, qu’elle me suivrait bientôt, après avoir fini de fumer, pour discuter avec ces “gentils jeunes”.

Mon visage était comme le tonnerre, mais je devais rentrer chez moi, ou risquer d’avoir l’air idiot comme si je ne pouvais pas supporter une blague, ou pire, comme si je pensais vraiment qu’elle allait faire quelque chose avec eux.

Je me suis arrêté au bout du chemin et j’ai fait demi-tour. Il fallait que je voie ce qui arrivait à maman !

Les filles étaient allées dans le Repaire, et j’ai pu me cacher dans les buissons et regarder tout ça.

Maman se tenait au centre du cercle des jeunes, elle commençait à se déshabiller !

D’une certaine manière, elle ressemblait à la fois à un symbole sexuel glamour et à une femme au foyer timide et intimidée. Elle souleva un peu sa robe, exposant ses cuisses puis ses fesses, alors qu’ils la bombardaient d’oeufs. Puis j’ai tremblé d’excitation lorsque maman a déboutonné son chemisier, défait son soutien-gorge et fait ressortir ses seins à leur vue, et ils ont applaudi lorsqu’elle a laissé l’air frais de l’été sur ses seins nus. Elle a continué dans cette veine en enlevant sa robe, puis ses chaussures.

Quand, à leurs demandes insistantes, elle a finalement réussi à sortir de sa culotte et à se tenir nue devant les yeux audacieux, lascifs et légèrement cruels des garçons et des filles, j’ai senti la tension dans l’air atteindre un sommet, et j’ai eu un orgasme spontané ! Elle avait l’air si exposée, si nue et vulnérable, et pourtant si sexy ! Les commentaires grossiers des jeunes effrontés sur son corps et sur ce qu’ils voulaient lui faire semblaient prolonger mon sperme, tandis que maman semblait sur un océan de bonheur avec leurs voix dures et crochues qui la narguaient !

Elle souriait d’un air coquin en disant : “Jeunes salauds effrontés !”

Je pouvais à peine le croire. Après s’être prostituée avant à Kaboul, pour sauver notre famille de la dette et de la reprise de possession, la voilà sur le point de se prostituer à nouveau, pour la protection de son mari et moi !

Les garçons ont alors enlevé leurs pantalons, laissant leur mère voir leur jeune trouille poilue et en érection. Certains étaient très grands, d’autres de taille moyenne mais avec des veines proéminentes, et deux de leurs zizi avaient des formes assez bizarres ! Les garçons se tenaient en cercle, maman étant le centre d’attention de leurs cinq regards affamés, tandis que les filles étaient assises et regardaient, fumant et lui faisant de sales insinuations. Les garçons caressaient la queue vers maman et agitaient leur prépuce avec leurs doigts et leur pouce, tout en souriant et en lui répétant ce qu’ils allaient lui faire !

Soudain, Munchie, leur chef, s’approcha d’elle. Les gars se sont tous éloignés un peu, pour le laisser la caresser. Maman tremblait d’excitation lorsqu’il l’a attrapée par derrière, ses mains s’approchant pour lui serrer les seins, et elle était sous le choc lorsqu’il a poussé sa grosse bite le long de son dos et l’a laissée se jeter contre ses fesses, comme un animal sauvage impatient qui réclame sa proie.

“Corr, Teresa ! Je voulais te le faire depuis des lustres !” grogna-t-il.

Il est clair que maman était maintenant très excitée, son désir avait vaincu sa timidité. Elle se coucha sur le dos, au milieu du sol herbeux de la tanière, et ouvrit ses jambes, LARGE ! Ils regardaient tous fixement sa chatte blonde parfaitement formée, tandis que Munchie se couchait sur elle. Il guida intensément son outil sombre et poilu vers l’entrée de sa vulve.

Soudain, elle a lâché un explosif, “OOOOOOUUUURRRGGHHHH !” alors qu’il l’enfonçait dans sa fente blonde poilue !

Mon ventre s’est affaissé quand j’ai vu le garçon enfoncer sa bite dans la fente juteuse de ma mère !

Elle a enroulé ses bras autour de son dos, et ses jambes autour de ses cuisses, et ils ont commencé à pomper ensemble. Voilà enfin ma mère, telle que je l’avais imaginée pendant si longtemps dans des fantasmes honteux. Elle était allongée nue au milieu de la bande de voyous locaux ; une femme et une mère respectable, mariée et mature, qui se faisait baiser par le chef de la bande de rue ! Ce garçon que nous avions tous réprimandé à maintes reprises, et qui avait toujours été [en apparence du moins], juste un voyou de la rue selon maman, recevait maintenant les attentions affectueuses et féminines de ma mère ! Elle aimait son jeune corps dur et fort, plein de luxure et de sauvagerie. De même, il appréciait son corps en pleine forme, mûr, plutôt raffiné et cultivé. Ils étaient enfermés ensemble, roulant avec passion sur le sol, devant ses amis ! C’était presque impensable ; si étrange et absurde, mais si miteux et excité que l’on ne pouvait s’empêcher d’être excité à la vue surréaliste de la mère qui baisait le garçon de la rue !

Je dois avouer que je me suis branlé, à ma honte éternelle, en regardant maman nous faire honte à tour de rôle à moi et à papa et se dégrader avec le jeune connard !

Ses seins bougeaient et vacillaient comme des gelées, et elle adorait ça, en faisant “OOUURGH ! WOARRGH !” pendant que le garçon lui faisait vraiment des gaffes et la mettait en boule ! Je pouvais même entendre les claquements et les écrasements de son corps qui rencontrait le sien et sa bite qui envahissaient sa chaude chatte mouillée !

Il l’a baisée comme s’il n’y avait pas de lendemain, la faisant rouler sur le sol avec ses mains qui se baladaient sur son corps. Il lui serrait les seins, et souvent son visage descendait pour lécher ses tétons engorgés, qui brillaient de sa sueur et de sa salive !

Le gang s’est calmé pendant un certain temps, enchanté par le spectacle de maman baisant son chef, et pendant quelques minutes, aucun son n’était audible. Enfin, le silence, sauf pour le doux bruissement de la brise dans la voûte de feuilles au-dessus de leurs têtes, qui faisait apparaître leurs corps dans la lumière du soleil, et bien sûr le grincement de leurs voix pendant qu’ils baisaient en rythme serré.

“Hughh- A- Hughh- A- Hugghhh- A- HUGGHHH !”

Je suis sûr que maman a eu un orgasme. Je l’ai entendue jouir fort et fort sur sa jeune bite arrogante, et je l’ai vue frotter ses pieds avec amour sur ses fesses et ses cuisses, roucoulant, “Oooooohhhh, Ohhh, Amour !”

Le garçon finit par gémir : “Ourgh ! J’éjacule !”

Ils arrêtèrent tous deux de pousser, et elle enfonça ses talons dans l’herbe, soulevant son bassin vers lui avec passion. Maman a souri à toute la bande en faisant tourner son bassin pour lui, pour vraiment profiter de son orgasme !

Je pouvais voir sa bite enfoncée dans sa fente rouge mûre, et sa tige poilue palpiter, en faisant “Doing ! Faisant ! dans la chatte de sa mère !

Il a pompé tout son sperme chaud et envahissant loin dans sa chatte, et elle a caressé son front transpirant avec affection pendant qu’il grognait et épongeait sa chatte !

Après cela, maman était prête à se reposer un peu, mais les autres étaient impatients. Ils avaient sorti des bâtons extra longs, très fins et fouettés, qu’ils fabriquaient avec des canifs dans les buissons. Ils les faisaient glisser dans l’air, pour les tester.

Une des filles a crié : “Allez, attrapez-la !”

Deux garçons et les deux autres filles ont attrapé maman, en s’agrippant à ses poignets et à ses chevilles, et l’ont soulevée dans une position très ouverte, la tête en bas. Ils l’ont portée jusqu’au tronc d’arbre, en l’étirant et en la tenant fermement !

“C’est ça, espèce de salope prétentieuse ! La même fille y est allée, et elle et la fille de la demi-caste se tenaient de chaque côté de maman.

Puis, “COUP DE FEU !” Une canne a atterri sur le cul nu et exposé de maman ! Elle a crié, choquée et souffrante !

Les cannes n’étaient pas très dures, vraiment, mais les filles ont mis toute leur force dans leur punition contre elle et ça a dû faire très mal, malgré le fait que les marques qu’elles ont laissées étaient fines comme des cheveux.

La mère a haleté et a pleuré en voyant les coups de fouet qu’elles ont donnés à ses fesses !

“WHIPPP !”

“Oooffhh !”

“WHAACCKK !”

“OooLaa !”

“THWWACKK !”

“OOOOoollllll !”

Ils l’ont fouettée durement sur le cul nu, et sur le dos aussi, et sur le haut des jambes. Les petites salopes sadiques !

Bizarrement, maman semblait bientôt se fondre dans un rêve de plaisir masochiste, et sa voix se réduisait à de doux gémissements !

Maman a eu besoin de se reposer après cela ; ils ont pris des boissons et des snacks dans les magasins que nous avions achetés, et pendant qu’ils parlaient, ma tête nageait avec la nature surréaliste de cette scène, intensifiée par le fait que Maman avait l’air si heureuse !

Les filles ont alors commencé à enlever certains de leurs vêtements. Elles ont enlevé leurs pantalons et leurs culottes, et se sont assises pour discuter de ce qu’elles allaient lui faire ensuite, et se sont fait leurs propres chattes comme elles l’ont fait !

Je ne pouvais pas m’empêcher de caresser ma bite en regardant les filles s’asseoir autour de ma mère, leurs mains attrapant souvent ses seins et la faisant rougir alors qu’elles se tortillaient et remuaient les tétons, ou chatouillaient sa chatte, ce qui faisait rire les garçons !

À un moment donné, les filles se sont rapprochées de ma mère, et elle est devenue totalement lesbienne. Pendant quelques minutes, elles n’étaient plus qu’une masse de corps qui se tordait, de langues qui se léchaient et de doigts qui se tordaient, se fouillaient et se tiraient. Je ne voyais pas souvent ce qu’on faisait exactement à maman, mais ses gémissements me donnaient des indications !

“Tu es le prochain, Gary ?” demandaient-ils, quand le jeu des filles était terminé. Gary était l’un des plus petits, des plus jeunes, peut-être seulement 18 ans, et il avait un de ces petits visages ronds et effrontés, comme certains gangsters à visage de bébé. C’était certainement un sale petit lâche, mais maman semblait l’apprécier. Je pense que ma mère connaissait la mère de Gary pour son travail, pour discuter avec elle, etc.

Il lui a dit ce qu’il voulait et, bien que je pense qu’à l’époque, elle ne l’avait que dans le passage arrière lorsqu’elle a fait la vidéo, elle a accepté avec plaisir sa demande. Mais il voulait aussi la fouetter un peu, d’abord !

Maman s’est levée et s’est penchée, offrant son derrière à ce jeune connard effronté et à sa compagne aussi. Ils la firent sauter un peu maintenant, alors qu’ils lançaient les bâtons en l’air et les fouettaient sur son derrière !

La mère s’est mise entre les jambes et lui a coupé la vulve, se frottant avec une excitation perverse alors qu’elle était fouettée par les deux jeunes et que les autres riaient et se moquaient d’elle ! Son compagnon en a bientôt fini avec ça, mais Gary était un sale petit con ; il avait d’autres tours dans sa manche.

“Écarte ton cul, Teresa !”, dit-il. Quand elle s’est penchée et a ouvert ses fesses, il a chatouillé le bout de la canne sur le trou du cul de maman !

“Reste tranquille !”, lui ordonna-t-il.

Alors, le sale petit con a fait quelque chose qui m’a donné envie de le tuer. Il a poussé la canne vers l’avant, et a même enfoncé le bout du bâton dans les fesses de maman !

“OOOHHHHHHH ! Elle a protesté, mais en réponse, il s’est mis à la remuer dans le cul !

“Wheeeeeee !”, la bande a ri cruellement !

Maman a cédé à l’humiliation et a eu un orgasme ! Je suppose qu’elle a dû le faire, c’était si sale, méchant, absurde et dégradant, avec le bâton qui remuait son cul et la bande qui la raillait !

Bientôt, il l’a enlevé, et elle s’est agenouillée à quatre pattes, pour Gary. Il lui a graissé la bite avec un peu de margarine du sac de courses de maman, et a pressé sa bite contre son trou du cul. À ma grande surprise, sa bague marron a cédé assez facilement, et le spectacle bizarre de sa sale bite glissant dans le trou du cul de ma mère était là devant moi ! Les filles se frottaient maintenant les unes aux autres, en regardant Gary la baiser. Ça l’a encore plus excitée, quand les filles se sont mises devant elle et ont regardé avec joie ses expressions d’humiliation et de joie.

Alors que Gary baisait bien ma mère dans le cul, j’ai entendu une des filles dire : “J’ai besoin de chier”.

Elles ont chuchoté quelque chose, puis la fille est venue s’accroupir devant ma mère et lui a écarté les fesses.

Elle a grogné : “Teresa, voilà ce qu’on pense de toi, ton branleur de fils et le poney, les airs coincés que tu prends quand t’es vraiment pas mieux que nous, ma fille !”

À mon grand choc, la fille a sorti une grosse saucisse brune d’une crotte, la laissant tomber par terre devant maman. La jeune chienne s’est retournée vers maman en chiant, en faisant “NNEEEEERRRRRRR ! Et voilà, Teresa !”

Ils ont tous ri fort à nouveau !

Gary s’est retiré avant de venir, et a dit à maman de lui lécher la bite ! Elle a hésité, alors Wayne s’est approché et lui a botté le cul très fort avec un bâton, pour l’obliger à le faire !

Bientôt, elle le fit. Maman a léché la bite de Gary directement de son cul, en goûtant son propre tu-sais-quoi dessus, pendant qu’elle passait sa langue sur sa bite, pendant des années ! Après qu’elle l’ait sucé un peu, il a grogné, et a vraiment épongé sa gorge en lui faisant gicler son jus sur sa langue !

Il aimait qu’elle continue à lui lécher les couilles et à les sucer comme une pute. Je pense qu’au moins une des filles avait déjà joui, pour voir tout ça, car elle était allongée, toute détendue et les yeux rêveurs dans le coin !

Le grand et costaud garçon avec le grand donger d’une bite avait maman à côté, la prenant dans ses bras et la faisant rebondir tout autour de la tanière avec sa bite dans sa chatte. Soudain, il lui a enfoncé sans cérémonie la bite dans le cul et a continué !

Elle était soit suspendue à des branches, soit penchée sur le tronc, soit en train d’essayer de se tenir en équilibre avec ses pieds appuyés contre des arbres, alors qu’il la balançait dans le trou à rats avec une telle force et une telle énergie qu’elle riait et criait de joie !

Je me suis branlé, et comme un misérable, je me suis encore éjaculé en la regardant. C’était sauvage !

Ils l’ont tous eue ce matin-là, seuls ou à deux. Maman a été pénétrée deux fois, elle aussi ! J’ai dû rentrer à la maison et les laisser, épuisé, mais on entendait les orgies grossières de maman avec la bande tout le long du chemin ! J’espère que personne d’autre ne les a entendus !

Elle est rentrée à la maison en fin d’après-midi, en allant directement sous la douche et en jetant ses vêtements au lavage, pour essayer de cacher les preuves de l’heure à laquelle papa est rentré ! Je ne sais pas si elle m’avait vu regarder, ou du moins si elle savait que je me branlerai à ce sujet, mais j’ai tout écrit dans mon journal, et j’ai eu une sacrée bousculade.

La semaine suivante, quand je suis rentrée à la maison le vendredi de l’université, maman avait nettoyé ma chambre, et j’ai trouvé une paire de collants usagés de maman et une photo d’elle nue, laissée avec mon journal sous mon matelas !

Sur la photo, il était écrit : “Heureuse que tu aies aimé ce que tu as vu ! Voici un cadeau pour avoir gardé le secret !”

Elle avait trouvé mon journal et aimait secrètement que je me branle sur ses coucous !

Elle ne voulait toujours pas discuter de sujets sexuels ni de son comportement avec moi, et je savais qu’il valait mieux ne pas la confronter à quoi que ce soit ; mais le lien caché de la mère et du fils candaulisme était là, même à cette époque !

Cette histoire n’est pas terminée. Ce n’était qu’un pas de plus dans les aventures de ma “Maman-Cuckold” grossière et sexy !

Voici la fin de l’étrange et effrayante histoire de “Ta mère, ta mère !”

J’aimerais connaître l’opinion de tous ceux qui ont des expériences et/ou des fantasmes de belle-mère et de candaulisme. Je suis sûr qu’il y a des mères et des épouses cocuduleuses !

Préférence de la coquine : fist vaginal
Endroit de préférence pour le sexe : dans un coin de la piscine
Moi aussi je suis une petite coquine. Ce que j’aime par dessus tout c’est de faire des discutions très sexe avec des jeunes hommes.