Après trois jours de conférence sur les ventes, Simon était malade. Malade des morceaux de papier géants collés au mur et couverts de mots vagues et ridicules concernant les objectifs et la mission, malade des exercices inutiles de consolidation d’équipe mais surtout malade des longues soirées passées avec des buveurs amateurs qui se sentaient libres de se lâcher, d’autant plus qu’ils étaient loin de chez eux dans un des beaux quartier de Caen. Après de nombreux verres de bière ou de concoctions tropicales maladivement sucrées, chaque homme en état d’ébriété se voyait charmant, plein d’esprit et très attirant pour les femmes, ce que serait Christophe s’il vendait des produits d’extérieur pour la maison. En vérité, l’alcool ne faisait que les rendre maladroits, bruyants, rustres et, surtout, complètement sourds au ton de leur propre ridicule.

C’est pourquoi Simon était seul dans l’hôtel du quartier français à côté de celui que son entreprise avait réservé pour la conférence de vente. Il était assis dans une solitude bienheureuse, buvant un très bon verre et dégustant un plat particulièrement savoureux, parfumé de l’odeur des crustacés, mélangé à de la saucisse d’andouille chaude et à des épices. Et même s’il est vrai qu’il y avait un groupe bruyant et odieux d’idiots ivres au bar, c’étaient des étrangers d’une autre société. C’étaient les idiots de quelqu’un d’autre et il n’était absolument pas obligé de s’occuper d’eux.

Simon était tellement absorbé par son repas et son exemplaire du journal qu’il a d’abord manqué la voix calme qui s’adressait à lui. Ce n’est que lorsqu’elle a répété “J’ai dit, puis-je me joindre à vous” qu’il a levé les yeux. La propriétaire de la voix était une femme séduisante, le genre que l’on ne remarque pas immédiatement lorsqu’elle entre dans la pièce mais qui, une fois qu’elle a attiré ton attention, serait difficile à quitter des yeux. Elle mesurait environ 1,65 m, avec une allure athlétique et un air de confiance tranquille. Ses cheveux châtain clair, parfaitement coiffés, étaient assez courts et encadraient son visage. Ses vêtements étaient flatteurs mais pas tape-à-l’œil. Elle portait un chemisier en soie blanc sous un blazer bleu. Sa jupe était une fine laine gris anthracite et ses chaussures étaient à talons relativement bas mais visiblement chères. Ses seuls bijoux étaient un simple collier de perles, des petites boucles d’oreilles en perles assorties et un simple bracelet en or. L’effet général était paradoxal. Bien que sa tenue soit discrète et de bon goût, elle criait assez fort “voici une femme avec de la sophistication et du goût”.

Simon était tellement abasourdi par son apparition soudaine qu’elle a été obligée de demander pour la troisième fois si elle pouvait le rejoindre. La séduisante femme mature l’a regardé, suivant son regard alors qu’il contemplait la mer de tables vides. “Je sais qu’il y a beaucoup de tables vides mais je sais que si j’essaie de manger seule, je vais passer la soirée à repousser les avances de Dieu sait combien d’hommes.”

Elle a rougi, a fait un geste vers le bar et a dit : “Je suis désolée, cela semble si prétentieux. Je ne voulais pas suggérer que je pense être si irrésistiblement belle, mais seulement que ces hommes sont si ivres.”

Simon a tiré le siège à côté de lui, lui a demandé de s’asseoir et s’est présenté. Elle a répondu qu’elle s’appelait Karine et Simon a jeté un coup d’œil vers le bar où elle avait fait un geste, juste à temps pour voir les hommes qui s’y trouvaient engagés dans un concours pour voir qui pourrait faire la meilleure marche lunaire, tout en tombant maladroitement les uns sur les autres.

“Ouaip, ils sont aussi ivres que ça”, dit Simon. Marquant une légère pause, il a ensuite fait remarquer de la voix la plus naturelle qui soit : “Non pas que quelqu’un doive être ivre pour te trouver attirante.”

Elle a brièvement souri et a gracieusement fait un signe de tête pour le remercier. Simon a été immédiatement conquis par ce geste. Il connaissait beaucoup de belles femmes, des femmes qui savaient qu’elles étaient belles et qui passaient des heures et des heures à se préparer pour se rendre aussi belles que possible pour ensuite objecter vigoureusement à tous les compliments qu’elles recevaient (“Oh cette vieille chose, je suis parfaitement affreuse”). Cela avait toujours fait se sentir Simon idiot, comme s’ils remettaient en question son jugement ou l’accusaient de malhonnêteté. Même s’il savait qu’ils ne faisaient en réalité que pêcher des compliments supplémentaires et plus extravagants, cela l’a toujours mis en colère. Il devait toujours lutter contre la tentation de dire : “Tu sais, au deuxième coup d’œil, tu as raison. Tu as vraiment une sale gueule.” Mais même après avoir connu Karine pendant seulement quelques minutes, il savait intuitivement qu’elle ne jouerait jamais ce jeu et n’embarrasserait pas quelqu’un qui essaie de la complimenter.

“Alors, d’où viens-tu et qu’est-ce qui t’amène sur Caen ?”, demande Simon.

“La ville où je vis et moi sommes venus pour une dispute”.

“C’est un long chemin à parcourir pour être en désaccord avec quelqu’un. En plus, je n’ai jamais eu l’impression que quelqu’un aurait du mal à trouver quelqu’un prêt à se disputer.”

Elle a ri et a dit : “Non. Je voulais parler d’un argument juridique. J’avais une affaire à la Cour d’appel.”

“Oh, un avocat. Cela explique le goût exquis et la tenue manifestement coûteuse.”

“J’ai bien peur que non. J’ai dû économiser pendant très longtemps pour cette tenue, je ne l’utilise que pour le tribunal et pour témoigner devant les comités législatifs. La plupart du temps, je porte des jeans, des tee-shirts et de vieilles chaussures de randonnée encombrantes.”

“Quel genre de cabinet juridique te laisse t’habiller comme ça ?”

“Le genre peu rémunéré et d’intérêt public. Dans quel domaine travailles-tu ?”

“Je suis architecte paysagiste. Ou du moins, c’est ce que j’ai étudié. Je travaille pour une entreprise qui vend et installe des piscines haut de gamme, tu sais le genre qui ressemble plus à un étang qu’à une piscine dans le jardin de quelqu’un ? Nous parlons aussi de l’environnement. Le vert est l’un de nos principaux arguments de vente.”

“L’entreprise est-elle vraiment engagée dans la protection de l’environnement ou est-ce juste un moyen de gagner de l’argent.”

“Je ne sais pas trop comment répondre à cette question. Je ne pense pas qu’ils soient opposés à l’environnement. Mais ils veulent gagner de l’argent, c’est sûr. Je ne sais pas, peut-être que l’essentiel n’est pas de savoir pourquoi ils le font mais s’ils le font. Mais assez parlé de travail, c’est la première fois que tu viens à Caen ?”

“Oui, c’est le cas.”

“Qu’est-ce que tu en penses ?”

“Eh bien, malheureusement, même si je suis ici depuis trois jours, je n’ai pas eu l’occasion d’en voir beaucoup. Mon vol est arrivé tard dans la nuit alors je n’ai pas pu voir grand-chose pendant le trajet en taxi. À part cela, je n’ai vu que la salle de conférence du cabinet d’avocats qui nous aide, la salle d’audience et l’intérieur de ma chambre d’hôtel. Je ne pouvais pas supporter de prendre un autre repas dans ma chambre d’hôtel alors je suis venue ici, j’ai vu quelqu’un qui avait l’air en sécurité et le reste tu le sais.”

“Je ne suis pas sûre de ce que je pense de l’apparence sûre.”

“Tu préfèrerais leur ressembler ?” a-t-elle demandé en désignant à nouveau le bar où l’un des hommes tenait un tabouret de bar sur sa tête en faisant semblant d’être un taureau qui chargeait un autre homme qui tenait sa veste comme une cape de toréador.

Simon a grimacé et a dit : “Non, je suppose que non.”

“C’est la première fois que tu viens ici ?”

“Mon Dieu non. Nous avons organisé plusieurs conférences ici et j’ai vécu ici pendant six mois après l’université, en peignant des maisons avec un ami et en faisant d’autres petits boulots.”

“Est-ce que tu aimes ?”

“J’adore. Il y a tellement d’histoire et tellement de cultures différentes. Une nourriture merveilleuse et tellement de mystère. Tu as l’impression que chaque maison a une histoire à raconter et que chaque personne que tu vois regarder depuis un balcon a un sombre et profond secret que tu ne connaîtras jamais. Et je pense que chaque touriste qui vient ici, aussi insensible qu’il soit, le sent et agit en conséquence.”

“J’ai l’impression d’avoir vraiment raté quelque chose en ne sortant pas.”

“Oui, tu n’as pas seulement manqué de voir des choses mais aussi d’avoir des choses qui te touchent. La dernière fois que j’étais ici pour une conférence, j’ai entendu l’histoire la plus incroyable.” Simon a ensuite raconté l’histoire d’une collègue particulièrement timide et silencieuse qu’il a rencontrée au bar le soir après une journée d’ateliers éreintante. Elle avait visiblement bu depuis un moment et lorsque Simon a mentionné qu’il ne se souvenait pas de l’avoir vue à l’une des sessions, elle lui a dit qu’elle n’était pas surprise car elle n’avait assisté à aucune. Lorsque Simon a demandé si elle venait d’arriver, elle a expliqué qu’elle était arrivée tard dans la soirée quatre jours auparavant et qu’elle s’était arrêtée pour boire un verre au bar. Quand elle est arrivée, il y avait deux jeunes hommes italiens, des touristes d’une vingtaine d’années, qui ont commencé à lui offrir verre après verre. Elle était amusée par leur charmant mauvais usage de la langue anglaise et leurs accents et était flattée par la rivalité qu’elle voyait se développer entre eux, chacun voulant clairement être le plus apprécié à ses yeux. La femme a fait une pause dans son histoire, s’est assise en silence pendant un moment, a pris un long verre et a ensuite raconté à Simon que finalement, l’heure de la fermeture est arrivée et qu’elle a alors accepté leur invitation à prendre un verre dans leur chambre. Elle a regardé Simon dans les yeux d’un air curieux, presque provocateur, et lui a raconté que tous les trois n’ont pas quitté la chambre d’hôtel pendant les deux jours et demi suivants, comptant sur le room service pour leurs repas.

Simon a conclu en disant : “Je ne savais pas trop quoi dire après ça et j’ai juste dit que j’étais content qu’elle s’amuse et je me suis excusé.”

“Mais ce n’est pas tomber sous le charme d’une ville, c’est juste être ivre.”

“Peut-être au début. Mais à un moment donné, elle a dû se réveiller, sobre et nue dans un lit avec deux types étranges. Et elle aurait pu partir à ce moment-là mais a choisi de rester pour une autre journée de ce qui a dû être du sexe assez sauvage. Je ne dis pas que c’est arrivé uniquement parce que c’était à Caen, mais je pense que les histoires de ce genre sont peut-être un peu plus fréquentes ici que partout ailleurs.”

Karine s’est assise en silence, regardant au loin. Simon a dit : “Je suis désolé, je ne voulais pas te déranger en racontant cette histoire.”

Karine a répondu distraitement : “Non, je ne suis pas dérangée. Je pensais juste à quel point ma vie est ennuyeuse, je n’ai pas d’histoire secrète.”

Simon a répondu : “Allez, il doit y avoir des squelettes dans ton placard.”

“Non, pas même un os d’orteil. Ma situation familiale en grandissant était difficile. Mon père est parti quand j’étais très jeune et ma mère buvait, alors j’étais responsable de faire en sorte que tout se passe bien. Je devais travailler en plus de mes responsabilités scolaires. J’étais toujours la jeune fille sobre qui se comportait comme une vieille dame. Je travaillais et m’occupais de mon frère et de ma sœur et je n’ai jamais enfreint une règle. Je n’ai même jamais volé une sucette à l’étalage. Et j’ai continué de la même façon à l’université, à l’école de droit et dans mon travail actuel.”

“Eh bien, on ne sait jamais. C’est un quartier chaud de Caen et la nuit est encore jeune, ou du moins le début de l’âge mûr.”

“Tu veux bien m’excuser une minute ?” Demande Karine.

“Bien sûr.” Il a hésité puis a dit : “Si c’était une lettre de Penthouse, j’en profiterais pour te demander d’enlever tes sous-vêtements et de me les donner à ton retour.”

Simon n’avait jamais regretté quelque chose aussi rapidement et aussi complètement que de faire cette suggestion. Au moment où les mots ont quitté ses lèvres, il a souhaité pouvoir les retirer. De son côté, Karine l’a simplement regardé dans les yeux, son visage étant un masque vide qui ne trahissait aucune émotion. Elle a ensuite tourné les talons et s’est dirigée vers les toilettes, le laissant s’angoisser à la table. Il a brièvement pensé à la suivre pour lui demander pardon, mais remarquant qu’elle avait laissé sa veste derrière elle, il a réalisé qu’elle devrait revenir au moins pour ça et a donc décidé d’attendre. Cela lui donnerait au moins le temps dont il avait besoin pour essayer de trouver la meilleure stratégie pour réparer les dégâts.

Il a décidé qu’il tenterait une approche joviale. Il essaierait de faire passer le commentaire pour une blague qui a mal tourné et s’imaginait comme un personnage suave de type Sean Connery qui trouverait un moyen charmant et drôle d’effacer l’indiscrétion.

Mais à la seconde où Karine est revenue à la table, Sean Connery est parti, laissant Simon bredouiller ses excuses inarticulées. Karine s’est assise, l’a fait taire en posant un doigt sur ses lèvres et a passé la main par-dessus la table pour glisser sa culotte blanche soigneusement pliée dans la poche de sa veste, comme un carré de poche extravagant et quelque peu féminin.

N’ayant jamais rien vécu de tel, même de loin, Simon ne savait pas trop à quoi s’attendre pour la suite. S’il s’agissait d’une histoire de sexe sur Erosto, il y aurait bientôt des pelotages furtifs sous la table ou des pieds en bas frottant un pénis naissant sous le tissu fin du pantalon. Au lieu de cela, ce qui s’est passé ensuite était particulièrement peu dramatique. Il n’a pas été question de sexe, pas de regards charbonneux et prometteurs. Au lieu de cela, il y a eu une conversation intéressante sur les films, la politique, l’art et les événements mondiaux. S’il y a eu des changements entre le dîner et la conversation avant et après l’échange de culottes, c’est seulement que Karine semblait plus détendue, mais comme elle avait toujours paru à l’aise et gracieuse, tout changement était mineur. À la fin de la soirée, Simon a été surpris de constater qu’il avait oublié ce qui se trouvait dans sa poche et s’est plutôt retrouvé à se concentrer sur le fait qu’il avait l’impression de connaître Karine depuis des années. En fait, il se sentait déjà plus proche d’elle qu’il ne l’a été à aucun moment avec son ancienne femme de quinze ans dont il venait de divorcer.

À la fin du dîner, l’addition a été remise, ce qui a provoqué une bagarre pour savoir qui allait payer. La lutte n’a été résolue que lorsque Simon a fait remarquer qu’il allait de toute façon payer le dîner et que ce serait une petite contribution, sans le savoir, que son entreprise ferait pour soutenir le travail environnemental de son organisation. Karine a remercié Simon et a suggéré de faire une petite promenade dans le quartier pour qu’elle puisse au moins dire qu’elle l’avait vu. Sur ce, les deux se sont aventurés dans la chaude nuit.

Le Quartier était un véritable assaut des sens. Simon l’a vécu à travers les yeux de Karine, la regardant s’émerveiller de tout ce qui se passait autour d’elle. La musique se déversait des clubs des deux côtés des rues. Marcher dans la rue donnait l’impression de régler une radio, les différentes chansons ou styles de musique s’effaçant au fur et à mesure de leur progression. L’odeur de la nourriture remplissait l’air des innombrables restaurants. Divers bars annonçaient des filles nues en direct et des boutiques vaudou touristiques annonçaient des potions d’amour garanties pour émouvoir même le cœur le plus dur. Mais ce qui était le plus frappant, c’était la consommation d’alcool. Tout le monde semblait tenir des tasses géantes de boissons alcoolisées et il était courant de voir des gens penchés sur des poubelles ou dans le caniveau pour ressentir les effets de l’excès d’alcool.

Karine a tout observé et, au bout de quelques pâtés de maisons, elle a semblé être dépassée. “Tournons dans une de ces rues secondaires”, a-t-elle suggéré et elles se sont retrouvées dans une rue plus petite et plus calme. Plus ils s’aventuraient loin, plus elle devenait calme et plus il était difficile d’entendre le vacarme des établissements les plus tapageurs du quartier. Les restaurants bon marché ont cédé la place aux restaurants avec des nappes en lin blanc. Les magasins vendant des souvenirs touristiques ont été supplantés par des librairies d’occasion et des magasins d’antiquités de luxe, qui ont tous deux piqué l’intérêt de Karine comme rien ne l’avait fait sur Bourbon Street.

“Oh, regarde ce magnifique ensemble Jane Austen relié en cuir ! Orgueil et Préjugés m’a permis de passer le collège. Et il y a une première édition de Willa Cather ! Ce sont les seuls moments où j’aimerais vraiment être riche, pour pouvoir acheter certaines de ces belles choses.”

Plus tard, ils sont passés devant un magasin d’antiquités et Simon a été étonné de voir à quel point sa connaissance des antiquités était exhaustive. Elle pouvait nommer chaque période, évaluer chaque objet, décrire la provenance de chaque pièce. Simon a fait remarquer que son appartement devait être magnifiquement meublé. Elle a dit que c’était surtout du Ikea mais que, pour les meubles comme pour les vêtements, elle avait quelques bonnes pièces et économisait pour en acheter d’autres.

Tout au long de la promenade, Simon l’a regardée avec un étonnement croissant. Non seulement il était étonné par ses connaissances encyclopédiques, mais il était aussi touché par son enthousiasme ouvert et sans artifice et par sa modestie quant à l’étendue de ses connaissances.

Plus ils avançaient, plus les restaurants et les magasins se faisaient rares. Karine a pris le bras de Simon si naturellement qu’il n’était presque pas conscient que cela s’était produit. Lorsqu’ils sont entrés dans un quartier avec des appartements construits autour de cours tranquilles couvertes de vignes, leur rythme a ralenti. Karine a posé sa tête sur l’épaule de Simon et celui-ci, submergé par le parfum de ses cheveux, l’a embrassée doucement sur le sommet de sa tête. Karine lui a souri, le regardant chaleureusement dans les yeux. Ils se sont arrêtés pour se faire face et se sont embrassés sur les lèvres, les baisers sont devenus plus profonds et plus longs. Les minutes de baisers ont conduit à une passion croissante de la part de chacun d’eux jusqu’à ce que Karine se détache de Simon, regarde rapidement dans les deux sens dans la rue et le tire dans l’entrée sombre d’une des cours. En riant, elle s’est accroupie devant lui et a commencé à déboucler son pantalon. Simon était stupéfait et est resté sans voix pendant qu’elle faisait descendre son pantalon et son short autour de ses chevilles dans l’air chaud de la nuit. Elle n’a pas perdu de temps. Après avoir brièvement taquiné le bout de son pénis avec ses lèvres et sa langue, la séduisante femme mature l’a pris dans sa bouche, tout en prenant doucement ses couilles dans ses mains. Simon ne pouvait rien faire d’autre que de gémir d’encouragement. Elle s’est balancée d’avant en arrière dans sa position accroupie, l’emmenant chaque fois de plus en plus profondément dans sa bouche. Après plusieurs minutes, Simon a annoncé qu’il allait jouir. Il s’attendait à ce qu’elle se retire mais au lieu de cela, elle a sucé avec plus d’enthousiasme. Et lorsqu’il s’est soulevé sur la pointe des pieds, ne pouvant plus se retenir, elle a rapidement frotté sa langue sous sa tige jusqu’à ce qu’il fasse gicler son sperme directement dans sa bouche.

Les deux amants étaient tellement impliqués l’un dans l’autre qu’ils n’ont pas remarqué qu’ils avaient un public. Deux hommes, qui revenaient manifestement d’une soirée dans un bar, étaient tombés sur eux par hasard et étaient restés pour regarder. L’un d’eux s’est raclé la gorge après que les deux aient terminé. Simon a rapidement remonté son pantalon et Karine s’est levée.”

“Ça avait l’air pas mal, combien prend-elle ?” a demandé le premier homme.

Simon était furieux qu’ils aient pris Karine pour une prostituée de la rue. Il s’est retrouvé à faire un pas vers les hommes en colère, sans savoir ce qu’il allait faire une fois sur place, mais toujours en colère. Alors qu’il sentait ses mains se serrer en poings, il a jeté un coup d’œil à Karine qui, loin d’avoir l’air en colère, regardait Simon avec ce qui semblait être un amusement ironique. Après avoir attiré son regard, elle a penché la tête comme pour demander : “Combien je fais payer ?”.

Simon était tellement surpris et confus qu’il s’est immédiatement arrêté et est resté silencieux. Voyant que tout le monde semblait le regarder pour une réponse, il a paniqué et a lâché : “Euh, dix euros ?”. Les sourcils de Karine se sont levés comme pour dire : “Je viens d’apprendre ce soir que je suis une pute, et maintenant on dirait que je suis une pute bon marché en plus.” Pendant ce temps, l’homme s’est précipité et a dit : “C’est définitivement un marché”, en fouillant dans sa poche et en sortant un billet de dix euros qu’il a offert à Karine. Elle a fait un signe de tête à Simon, qui a pris l’argent tout en s’étonnant de la rapidité avec laquelle les choses semblaient avoir échappé à tout contrôle. Mais il semblait clair que Karine était prête à aller de l’avant. Si cela devait arriver, il pouvait au moins s’assurer que Karine était aussi confortable que possible, alors Simon, sachant combien il est difficile de maintenir une position accroupie, a enlevé sa veste et l’a posée sur le sol pour qu’elle puisse s’agenouiller dessus. Elle a souri, l’a appelé “Mon Walter Raleigh à moi” et s’est agenouillée devant l’homme.

Ne perdant pas de temps, elle a défait sa braguette et a repêché son pénis avec sa main. L’homme inconnu a bandé presque immédiatement. Karine a regardé Simon et a ensuite pris l’homme dans sa bouche. L’étranger semi-ivre a été choqué de voir à quel point la femme mature était douce et minutieuse. Il s’était attendu à quelque chose de rapide, brutal et impersonnel, surtout pour le prix qu’il avait payé. Au lieu de cela, il avait l’impression qu’elle savourait l’expérience et essayait de la faire durer le plus longtemps possible. À un moment, il a placé ses mains de part et d’autre de sa tête avec l’intention de lui baiser le visage fort, mais elle a doucement retiré ses mains comme pour dire “Laisse-moi faire” et a continué sa succion ferme. Enfin, lorsque tous les signes révélateurs ont commencé à apparaître, Karine l’a pris plus profondément dans sa bouche et il est vite devenu clair pour les deux hommes qui les observaient qu’il était en train de remplir sa bouche de son sperme. Peut-être par passion, mais plus probablement pour protéger ses vêtements, elle l’a gardé dans sa bouche jusqu’à ce qu’il cesse de spasmer, puis l’a soigneusement léché.

À présent, son ami était presque submergé par l’excitation. Il a poussé un billet de dix euros vers Simon, en disant : “Tiens, Walter”.

Simon l’a regardé d’un air perplexe et a dit : “Walter ?”.

L’homme a répondu : “Oui, ce n’est pas ton nom ? Elle t’a appelé Walter Rolley ou quelque chose comme ça.”

“Oh non, elle était juste… oh, peu importe,” Simon s’est arrêté au milieu de son explication, se doutant que l’homme n’était pas particulièrement intéressé par une conférence sur la chevalerie élisabéthaine à ce moment précis.

En effet, il ne l’était pas. L’homme s’était déjà dézippé et avait révélé son érection qu’il caressait tout en regardant Karine sucer son ami. Mettant de côté son amie satisfaite, il s’est avancé devant Karine et s’est enfoncé sans cérémonie dans la bouche de Karine qui attendait. Mais l’excitation semblait être trop forte pour lui et Simon a vu Karine lever à nouveau les sourcils comme si elle était surprise de la rapidité avec laquelle l’homme est venu et de la quantité de sperme qu’il avait produite. L’achever s’est avéré être un plus grand défi et Simon a observé sa gorge alors qu’elle avalait à plusieurs reprises et pendant une longue période. Quand il a enfin terminé, Karine a tendu la main à Simon comme si elle descendait d’un carrosse pour aller à un bal costumé. Elle s’est soulevée avec l’aide de Simon, a ramassé sa veste d’une main et, en relâchant la main de Simon, a tapoté la joue de l’homme encore haletant. Prenant le bras de Simon, elle l’a guidé jusqu’à la rue où elle a levé la main et un taxi est apparu, semblant sortir de nulle part.

En entrant dans le taxi, ils ont regardé en arrière et ont vu les deux hommes toujours dans l’entrée sombre de la cour, stupéfaits de ce qui venait de se passer, le deuxième homme étant toujours suspendu mollement par sa fermeture éclair ouverte. Simon et Karine ont ri, puis Karine a dit : “Eh bien je suppose que nous avons tous les deux notre histoire secrète sur Caen maintenant.”

Simon a répondu : “Oui. Je parie que tu n’avais aucune idée de comment ta journée allait se terminer quand tu t’es réveillé ce matin.”

“En fait,” a rigolé Karine, “j’ai lu mon horoscope dans le journal gratuit de l’hôtel ce matin et il disait “tu vas sucer trois inconnus dans une allée ce soir“. J’ai pensé que c’était une sorte de coquille.”

Simon a souri faiblement mais semblait quelque peu perturbé. “Je sais que nous ne nous connaissons pas depuis longtemps, mais je suppose que j’avais espéré que je comptais plus pour toi que ces deux autres types.”

Karine, désolée que sa blague l’ait blessé, a souri tristement et a dit : “Simon, j’ai passé un moment merveilleux ce soir et je ne l’oublierai jamais, ni toi. Ce qui vient de se passer semblait vraiment coquin  et excitant, mais même si ça ne s’était pas terminé de façon aussi dramatique, la soirée était l’une des plus agréables que j’ai eues depuis très, très longtemps. Je suis désolé d’avoir suggéré que tu étais un inconnu ou comme ces deux autres. Tu représentes vraiment beaucoup plus pour moi, même après t’avoir connu si peu de temps.” Elle a souri et a dit avec malice, “Je veux dire, regarde, je ne t’ai même pas fait payer.”

“J’apprécie ta générosité. J’ai aussi vraiment apprécié toute la soirée. Penses-tu que, euh, peut-être nous pourrons nous revoir.”

Un sourire triste a de nouveau traversé son visage. “Simon, tu es si incroyablement gentil. Si je devais à nouveau être prostituée pour dix euros, je voudrais que ce soit par toi. Mais souviens-toi de ce que tu as dit à propos des choses qui restent ici. Je ne peux pas intégrer ce qui s’est passé ce soir dans ma vie normale et, que ça te plaise ou non, tu fais partie de ce qui s’est passé. Je veux dire, tu nous imagines répondre à des questions lors d’une fête sur la façon dont nous avons fait cette rencontre pour sucer des bites sur Caen ?”

“Si nous disions simplement que nous nous sommes rencontrés sur Caen, nous n’aurions pas à raconter toute l’histoire.”

“Mais ce n’est pas le but. Nous saurions tous les deux toute l’histoire et on ne construit pas de relations solides en faisant sauter des inconnus dans des ruelles pour dix euros. Je suis vraiment désolée mais je ne vois pas comment cela pourrait arriver.”

Je n’ai jamais pensé que je regretterais de me faire sucer par une belle femme, mais je suppose qu’il y a une première fois pour tout… Aussi bonne que tu aies été, et tu étais géniale, j’aurais préféré que nous suivions la voie habituelle, une soirée au cinéma ou autre. Ah bon. Bref, en parlant de proxénétisme, je pense que c’est à toi.”

Karine a pris les billets de dix euros qu’il offrait et a dit : “Je donne tout l’argent à la fille. Tu ferais un mauvais maquereau, tu ferais mieux de t’en tenir aux piscines… Chauffeur, tu peux te garer à côté de cet homme au coin de la rue.”

La voiture s’est arrêtée à côté d’un sans-abri et pendant une seconde folle, Simon s’est demandé si Karine allait aussi le sucer mais, bien sûr, elle ne l’a pas fait. Au lieu de cela, elle a enfoncé les billets de dix euros pliés dans sa main et l’a exhorté à prendre un bon repas chaud.

“Tu sais qu’il va juste le dépenser pour de l’alcool”.

“Tu as probablement raison. Mais peut-être qu’il ne le fera pas. Et même s’il le faisait, au moins il oublierait sa triste situation pendant quelques heures.”

Les deux hommes roulèrent en silence pendant quelques minutes. Simon a finalement dit : “Écoute, si je ne peux plus jamais te revoir, je peux au moins t’accompagner jusqu’à ta chambre et m’assurer que tu y arrives en toute sécurité. Cette ville est pleine de pervers.”

“Je sais, et nous sommes deux des plus grands ! Oui, tu peux m’escorter, mais je dois te prévenir, la journée a été très longue et je m’attends à m’écrouler quand je toucherai le lit. Je n’ai pas l’impression d’avoir assez d’énergie pour me déshabiller.”

“Ce serait dommage de les laisser se froisser, je serais ravie de t’aider.”

“J’ai donné congé à mes deux dames d’honneur pour la nuit, alors je suppose que tu peux participer. Mais je ne promets rien d’autre, je suis vraiment, vraiment fatiguée.”

“Je pense que tu as fait ton bilan, maître, j’ai compris, tu es fatiguée.”

Alors qu’ils marchaient vers l’ascenseur et, plus tard, vers sa chambre, Karine s’est appuyée contre Simon, autant par épuisement que par affection. Une fois dans la chambre, Simon a enlevé son blazer et l’a soigneusement drapé sur la chaise du bureau. Il s’est ensuite baissé et a soigneusement retiré ses chaussures. Après cela, il a déboutonné son chemisier et l’a enlevé en le plaçant sur un cintre, la laissant debout au milieu de la pièce, pieds nus dans son soutien-gorge et sa jupe. Gardant le retrait de son soutien-gorge pour la fin, il a dézippé sa jupe et l’a fait glisser le long de ses hanches. Il fut momentanément surpris qu’elle soit nue à partir de la taille, jusqu’à ce qu’il se souvienne de ce qui se trouvait niché dans la poche de poitrine de sa veste. Elle était exquise. Athlétique et ferme, mais pas trop musclée, elle était comme une sculpture grecque. Ses poils pubiens étaient taillés au-dessus de ses lèvres en une petite tache douce de couleur caramel. En la contournant pour détacher son soutien-gorge, il a regardé son petit cul rond et ferme et a remarqué les deux fossettes dans le bas de son dos. Après avoir enlevé son soutien-gorge, il a marché devant elle, se délectant de la vue de ses petits seins fermes et de ses petits tétons rosés. Il s’est surpris à marcher autour d’elle, presque comme à la recherche d’une imperfection. Mais il n’en a trouvé aucune.

“Est-ce que je passe l’inspection ?” a-t-elle demandé.

“Avec brio”, a-t-il répondu.

Il s’est ensuite dirigé vers le lit, a écarté les oreillers à la tête du lit et a tiré les couvertures en arrière. Elle, qui le suivait depuis le centre de la pièce, est tombée dans le lit comme un arbre qui tombe, la première chose peu gracieuse qu’il l’ait vue faire de toute la soirée. Alors qu’elle était allongée sur le lit sur le ventre, luttant pour garder les yeux ouverts, il n’a pas pu résister à l’envie de tracer doucement le contour de son corps avec son doigt, en commençant par ses cheveux, puis en passant sur son chèque, en descendant légèrement le long de son cou et de son dos, sur ses joues de cul et en descendant une jambe et en remontant l’autre. Après avoir atteint sa cuisse, il s’est attardé sur son cul, soulignant la courbe de ses fesses et touchant doucement la fente de son cul. Bien qu’elle ait grogné “Je suis tellement fatiguée” et commencé à faire de faux bruits de ronflement, elle a progressivement ouvert ses jambes, lui permettant d’accéder à sa chatte. Avec la pointe de son index, il a doucement tracé le contour de ses lèvres, séparant les lèvres délicates et sentant qu’elle était extrêmement humide. Cela ne l’a pas surpris, elle avait donné du plaisir à lui et à deux autres hommes sans que personne ne s’occupe d’elle. Simon était déterminé à corriger cela immédiatement.

Il a plongé son doigt entre ses lèvres, l’a recouvert de son humidité et a ensuite cherché son clito, le taquinant avec des coups de plume quand il l’a trouvé. Ses faux ronflements s’étaient depuis longtemps transformés en gémissements et ses caresses rythmées ont bientôt transformé les gémissements en halètements, puis en une série de “oh, oh, oh” alors qu’elle pressait son clitoris contre ses doigts, jouissant de façon explosive en quelques minutes. Simon, excité de la voir jouir et, plus tôt dans la soirée, de la voir sucer deux hommes en succession rapide, a rapidement retiré ses vêtements et, soutenant ses hanches avec l’un des nombreux coussins de l’hôtel, s’est agenouillé entre ses jambes, les écartant et plaçant la tête de sa bite à l’entrée de sa chatte. Alors qu’il se balançait lentement, entrant chaque fois plus profondément en elle, elle a dit : “Retire-toi avant de venir, je n’utilise aucune sorte de protection.” Simon, appuyé sur ses bras, a commencé à la pénétrer, chaque fois plus vite et plus fort jusqu’à ce que, sentant le début d’un orgasme, il se retire complètement d’elle. Alors que sa queue se relevait et rebondissait contre son ventre, il s’est avancé pour se glisser entre les joues de son cul, sa queue émergeant du haut de sa fente pour lui envoyer quatre longues giclées de sperme. La première a survolé son dos pour atterrir entre ses omoplates. Les trois suivantes se sont accumulées dans le bas de son dos. Il s’est penché en avant, a embrassé sa joue et a murmuré qu’il allait chercher quelque chose pour la nettoyer.

Se rendant dans la salle de bain, il est revenu avec un gant de toilette chaud et une serviette et a soigneusement essuyé son dos de son éjaculation. À présent, sa respiration s’était installée dans un schéma long et profond, sa seule réaction à ses ministrations étant un doux gémissement lorsque le tissu chaud a touché sa peau rougie.

Après l’avoir lavée et séchée, Simon s’est reculé et l’a regardée pour ce qu’il pensait être la dernière fois. Elle était si belle et il s’était tellement attaché à elle qu’il ressentait une douleur sourde à la fois à cause de sa beauté et du fait qu’il ne la verrait plus. Il a embrassé doucement chaque joue de cul parfaite, a embrassé chacune de ses omoplates et enfin, l’a embrassée tendrement sur sa joue. Elle, déjà bien plus endormie qu’éveillée, a pincé les lèvres et a envoyé un baiser aérien dans sa direction avant de tomber complètement dans un profond sommeil.

Après l’avoir soigneusement couverte, il est parti, s’arrêtant tristement au seuil de sa chambre pour la regarder une dernière fois.

Ou c’est ce qu’il pensait. Plusieurs mois plus tard, alors qu’il lisait un magazine, vérifiait son Blackberry et feuilletait paresseusement les chaînes de télévision, il a été surpris d’entendre une voix familière alors qu’il passait devant l’une des stations d’accès public à l’extrémité haute des chaînes câblées. Il n’y avait aucun doute sur son identité, il avait repassé la soirée à Caen tellement de fois dans sa tête que sa voix était devenue comme un air familier qui refusait de quitter sa tête. En cliquant en arrière, il a confirmé que c’était bien elle.

Elle témoignait devant un comité législatif. Il n’a pas été surpris de voir que, même dans un cadre aussi guindé, elle était hypnotisante. Il a reconnu sa tenue comme étant la même que celle qu’elle avait portée à leur soirée. Elle avait clairement capté l’attention des membres du comité, sans doute en partie parce qu’elle était radieuse, mais surtout parce qu’elle maîtrisait parfaitement toutes les informations pertinentes pour son témoignage. Elle a répondu à toutes les questions, même celles posées par les membres hostiles à sa position, avec grâce et, parfois, avec humour. Et là, en bas de l’écran, il y avait son nom, Karine A***, et son organisation de défenseurs de la Planète.

Le nom de l’organisation pour laquelle elle travaillait lui ayant été rappelé (Simon avait été tellement absorbé par sa beauté qu’il l’avait oublié presque immédiatement après qu’elle l’ait dit), il s’est précipité sur son ordinateur, est allé sur le site Web du groupe et a consulté sa biographie et sa photo.

C’était bien elle. Il n’a pas été surpris de voir que ses références étaient excellentes. Elle avait fréquenté l’un des meilleurs collèges pour femmes du pays, obtenant un diplôme, puis était entrée dans une école de droit. Tout au long de l’université et de l’école de droit, elle avait participé à un éventail étourdissant d’activités, de Big Sisters à la présidence du club environnemental et à la rédaction du journal de droit environnemental. Après avoir obtenu son diplôme de droit, elle avait fait un stage auprès d’un éminent juge de tribunal de circuit avant de rejoindre l’association. Elle fait actuellement partie de plusieurs comités du barreau et a écrit une série d’articles de revue juridique sur le droit de l’environnement. Et, enfin, en bas de la page, il y avait un lien vers son adresse e-mail.

Simon a cliqué sur le lien et a commencé à lui écrire un message. Ses doigts ont volé sur le clavier alors qu’il lui écrivait. Ses mots étaient comme un déluge, il décrivait combien elle avait été merveilleuse au comité législatif, combien il avait pensé à elle et comment la soirée à Caen avait été l’un des moments les plus excitants de sa vie. Cependant, à mesure qu’il écrivait, le rythme de sa frappe ralentissait. Il a constaté que son enthousiasme diminuait lorsqu’il se rappelait à quel point elle avait été sans équivoque sur le fait de ne plus jamais le revoir. Il s’est rappelé à quel point ses efforts pour la persuader du contraire avaient été vains. Il a réalisé que la seule chose plus douloureuse que de ne plus la revoir était l’image d’elle ouvrant son e-mail et réagissant non pas avec joie mais avec embarras ou aversion en se demandant ce qu’elle pouvait faire pour s’assurer qu’il sorte de sa vie et y reste. S’imaginer être la source de son malheur était insupportable alors, le cœur lourd, il a cliqué sur le “x” dans le coin de son écran, a cliqué sur “non” lorsque l’ordinateur lui a demandé s’il voulait enregistrer les modifications et s’est assis seul sur le canapé de son salon, regardant bêtement la mire sur l’écran de télévision devant lui.

Préférence de la coquine : gorge profonde
Endroit de préférence pour le sexe : dans un coin de la piscine
Ce qui me plait le plus, c’est de faire connaissances avec pleins d’hommes pour étoffer mon petit carnet de contact. Vous voulez en faire partie ? Dites-le moi !